2035, vivre sur Mars

Sur Mars.

Chaque été, l’Université de Vienne organise avec divers partenaires, la « KinderUni »: Une université d’été pour les enfants! Il ne s’agit pas de les faire assoir dans un auditoire pendant des heures, mais bien de les passionner pour les sciences, les technologies, l’architecture,… au moyen d’activités pratiques et stimulantes! Cette année encore, plusieurs milliers d’enfants ont ainsi envahi les bâtiments de l’université pour participer à des dizaines d’ateliers ou de séances de laboratoire.

C’est dans ce cadre qu’un groupe d’enfants de 7 à 12 ans ont participé à l’atelier « 2035 – Vivre sur Mars », au sein du département d’architecture. C’est la troisième année consécutive qu’un atelier combine architecture & espace, chaque fois avec un certain succès. L’atelier était organisé par l’équipe académique de l’université de Vienne, et par quelques instructeurs d’astronautes (voilà pourquoi je vous en parle…).

Nous avons demandé à la trentaine d’enfants participant d’imaginer comment vivre et travailler ensemble dans un espace confiné, et comment concevoir une maison comme un système relativement fermé, autonome, comme peuvent l’être un vaisseau spatial ou une base Martienne.

Nous leur avons ensuite demandé de transformer leur vision en réalité en dessinant puis construisant la maquette de leur idée. Nous avons pu constater qu’ils ne manquaient pas d’imagination et certaines idées ont dépassé nos attentes…

Dès leur entrée dans la salle et pendant notre petite présentation d’introduction, les enfants nous ont semblés motivés et à l’aise, même avec le bilinguisme anglo-allemand qui était de rigueur. Ils en savaient déjà beaucoup, mais les questions fusaient quand même. Tout cela, sur fond Martien puisqu’un décor de paysage de la planète rouge avait été mis en place.

Ce moment interactif leur a permis de réfléchir à ce qu’ils voudraient faire sur Mars, ce dont ils auraient besoin, et ce à quoi pourrait ressembler leur habitation…

Ensuite, les enfants ont mis leurs idées sur papier, sous forme de dessins. Toutes sortes de formes sont apparues: toits anguleux pour l’un, courbes harmonieuses pour l’autre; intérieurs minutieusement aménagés pour l’un, plan d’une colonie complète avec habitations, fusées, tunnels et système de transport, pour l’autre… Et l’on pourrait encore énumérer: véhicules tout-terrain pressurisés, panneaux solaires, système de production d’oxygène, serre, scaphandre spatial…

La dernière étape fut pour eux de transformer ce projet sur papier en maquettes, afin de donner volume et vie à leurs idées. Certains sont même allés plus loin en construisant leur propre scaphandre grandeur nature.

En guise de note de fin: tout cela s’est fait un esprit de coopération remarquable. Non seulement les enfants ont partagé les matériaux disponibles, mais ils ont aussi fait en sorte de partager les composants et modules pour former au final une colonie complète sur Mars…

Cet article a été publié dans espace & boulot avec les mots-clefs : , , , . Bookmarker le permalien. Les commentaires et les trackbacks sont fermés.